La traversée du GP Limoges Classic ’20

Last updated on 14 janvier 2021

Initialement prévu au mois de Juin, le Grand Prix de Limoges Classic avait du être reporté à cause des mesures sanitaires liées au Covid-19. Et puis il y a quelques semaines, surprise … Finalement deux balades seront organisées le 18 Octobre ! L’abnégation des organisateurs aura été payante avec un superbe convoi parcourant une centaine de kilomètres dans la campagne Limousine sous un soleil radieux !

La balade touristique du Dimanche matin a toujours eu ma préférence lors des précédentes éditions du Grand Prix Limoges Classic (lire mon l’article sur l’édition 2019 ici). Alors quand j’ai appris que ce n’était pas une, mais deux balades qui étaient au programme, je me réjouissais d’avance des belles images que je pourrais rapporter. D’autant qu’après deux week-end particulièrement pluvieux lors de mes derniers reportages au Mornay Festival et au Rallye du Limousin, cette fois-ci le beau temps devrait être au rendez-vous !

Ultimes reconnaissances

Comme toujours, la préparation est essentielle pour assurer une bonne couverture photo lors des rallyes touristiques. Après analyse du tracé, j’ai défini mes spots photos du matin assez facilement : un passage dans la forêt du Palais/Vienne, la pause au Château de Bort puis le Pont du Dognon. Sauf que le timing risque d’être très serré, ce qui veut dire que je n’aurai que très peu de temps pour m’organiser sur place. Or, un convoi d’une centaine de voitures, ça ne laisse pas beaucoup de place à l’improvisation. Du coup, départ à l’aube pour quelques minutes de reconnaissance in situ. L’aventure commence …

8h : Lever de soleil à la lueur des chandelles de mon Speedy … Belle récompense pour ce réveil – trop – matinal !

Interpellé par ce miroir en bord de route, nouvel arrêt pour profiter encore un peu de la douce lumière de l’aube !

Bon c’est pas tout mais je n’ai pas trop le temps de flâner car l’objectif est de s’imprégner d’un des spots les plus emblématiques de la matinée : le Pont du Dognon, qui enjambe le Taurion, comme son nom ne l’indique pas. Son architecture est assez spectaculaire et puis vous connaissez mon affection pour les ponts. Reste à définir le ou les points de vue les plus intéressants !

Pont, reflet, brume … super sympa mais, il n’y a plus de place pour les voitures sur la photo ! Et comme je n’ai toujours pas de drone …

Autre solution, on oublie le Taurion et on mise tout sur les arches colorées.

Et pour les photos de groupe, cette vue arrière serait idéale !

Après une vingtaine de minutes sur place, il est temps de laisser les pêcheurs tranquilles et rejoindre le premier vrai spot photo de la matinée.

Le bois de la Mazelle, le Palais/Vienne

Limoges est une grande ville, à la campagne ! Quel bonheur de se retrouver au beau milieu d’un bois – le Bois de la Mazelle plus exactement – à 10 minutes du centre ville. Je connais cette route pour y avoir attendu la balade en 2018. Une délicieux souvenir avec notamment une photo assez magique …

Quelle belle invitation à la découverte de notre belle campagne Limousine, vous ne trouvez pas ?

Et après deux week-end très humides, la présence d’un beau soleil est un vrai soulagement même s’il fait encore un peu frais à mon goût ! Alors comme j’ai quelques minutes, j’en profite pour faire une petite photo souvenir de mon Speedy pour ce qui sera probablement notre dernière sortie de l’année !

Il est 9h, si tout se passe comme prévu, les concurrents seront là d’ici 15 min. Je retourne déposer le Speedy sur le parking au cœur du bois, sous le regard médusé/amusé des chasseurs qui se demandent ce que je fabrique avec mon gilet jaune et mon appareil photo ! Pas sûr que le gibier apprécie le vacarme du convoi en approche … oups.

Dans la forêt, le dimanche matin, il n’y a pas que des chasseurs … il y a aussi les chercheurs de champignons !

Ma zone d’action se résume à 300m d’une route étroite et sinueuse. Au départ du parking, ça monte un peu … de bon matin, à jeun, ce petit footing à la fraîche vaut bien une séance de Crossfit. Je vois plusieurs points de vue intéressants, de face, de dos … il n’y a plus qu’à attendre les participants en observant la nature qui m’entoure !

9h40 : un rayon de lumière éclaire les fougères en arrière plan. 9h41, que le spectacle commence ! Et première surprise … ce n’est pas la traditionnelle Estafette des quatre précédentes éditions qui ouvre la route. Le rythme reste très raisonnable toutefois, mais une belle Mercedes 190 SL en tête avec M. Ducher, Président de l’Automobile Club du Limousin, au volant ça donne une autre allure à cette balade !

A ce moment-là, je n’ai aucune info sur le convoi que ce soit concernant les modèles présents ou le nombre de participants. Alors dans le doute, je mitraille en essayant de composer de jolis duos. A ce titre, la route ondulée est d’ailleurs d’une aide précieuse.

Une moderne ancienne ou une ancienne moderne ? Difficile à dire quand il s’agit des Lotus Seven et assimilées ! En l’occurrence ici il s’agit d’une Westfield FW300 à moteur 1.6 Turbo Opel.

Vous êtes plutôt Buick Skylark ou Lancia Fulvia ? La puissance ou l’agilité ? Moi je prends les 2 pour varier les plaisirs !

Non en fait je craque complètement pour cette Lotus Elan M100, jaune qui plus est ! Malgré d’indéniables qualités elle ne rencontra pas son public au début des ’90s. La faute à la traction avant ?

Hop, demi-tour et vue arrière de deux jolies light blanches, Lotus Elise et Alfa Roméo 4C.

Je pense avoir fait le tour de cet angle alors nouveau sprint, en descente cette fois-ci. Avec le convoi qui roule au pas – il y a un croisement un peu plus loin – ça me permet de ne pas perdre trop de temps, voire même de doubler quelques voitures ce qui ne manque pas de les étonner ! Alors que j’étais en direction du dernier virage avant le parking, comment résister à ces rayons du soleil bien visibles à travers la cime des arbres ?! Arrêt impératif et nouvelle séance de clics frénétiques !

Très peu adepte des photos verticales, dans ce cas précis cela va dans le sens de l’histoire que je veux raconter avec ces rayons qui viennent du ciel.

9h46 : j’arrive enfin au dernier spot. Le temps de deux clichés et … c’est terminé ! En définitive, le passage des autos aura duré tout juste 5 minutes pour 190 photos soit 1.5 secondes entre chaque photos … et ce en changeant d’emplacement 3 fois !!! C’est cette décharge d’adrénaline qui me fait adorer les rallyes touristiques, cette improvisation mêlée à la préparation en amont pour essayer de tirer le maximum d’une situation.

Bonne idée de regrouper les participants par thème : ce sont les Porsche qui ferment la marche !

Quand je remonte en voiture, je n’ai absolument aucune idée de ce que j’ai fait. Pas le temps de regarder les photos, il me faut rejoindre le convoi au plus tôt pour envisager quelques photos embarquées. Et finalement, la jonction se fait plus vite que prévue avec les Porsche … de quoi faire quelques jolies photos de famille !

D’ordinaire je roule en solo à courir contre la montre, alors quand j’ai l’occasion de faire partie du groupe, j’ouvre grand les yeux – et les oreilles – et j’en profite pleinement !

L’arrivée sur le lieu de la pause matinale est l’occasion d’un « bouchon » plutôt inhabituel sur nos routes de campagne, au point d’être doublé par des cyclistes qui n’en croient pas leurs yeux. De quoi oublier pendant quelques instants leur moyenne horaire et détailler ce convoi très varié.

Le genre d’embouteillage dont on ne se lasse pas !

Le domaine de Bort, Saint-Priest-Taurion

Elle est l’un des marqueurs forts de cette traditionnelle Traversée de Limoges : l’arrêt dans un domaine, un château pour la pause de mi-parcours. Cette fois-ci c’est le Domaine de Bort qui nous reçoit. L’occasion de jolis portraits/photos de groupes dans un cadre majestueux !

Mais avant de rejoindre la cour, il convient d’emprunter les allées du domaine… et je crois que c’est le cadre que je préfère. D’immenses lignes droites, bordées d’arbres et arbustes qui se parent de leurs plus belles couleurs en cette saison. Petite série, juste pour le plaisir des yeux !

Je profite de cette petite pause pour remercier le groupe de motards qui s’occupe de sécuriser les intersections. En plus de s’assurer de ne perdre personne, cela permet une certaine fluidité au convoi, ce qui n’est pas une mince affaire avec une centaine d’autos !

Merci Mesdames, Merci Messieurs pour votre implication chaque année !

Bon, et si on allait voir ce château ? De style néogothique et datant du XIXème siècle, il propose aujourd’hui 3 chambres d’hôtes et même un étang pour la pratique de la pêche au sein d’un parc de 80 Ha.

Mais, que vois-je au cœur de la cour bien camouflée derrière plusieurs autos ? Rien de moins qu’une Ferrari F8 Tributo. Les nouveautés du constructeur italien s’enchaînent tellement que j’ai du mal à la placer dans la gamme, l’ayant un temps confondu avec la Supercar SF90. Il s’agit de la dernière berlinette en date, V8 Biturbo et 720ch … rien que ça ! Malheureusement, je ne trouverai pas d’angle de vue satisfaisant à ce moment là. Mais l’essentiel est ailleurs, je vais pouvoir l’immortaliser sur route un peu plus tard ! J’en salive d’avance …

Ce nez plongeant et ce regard agressif en font une auto vraiment charismatique !

Et puisqu’on parle de regards, en voici un qui n’a pas changé depuis plus de 50 ans : la reine 911 bien sûr !

Poursuivons notre petite balade à la découverte de ce beau plateau. Qui dit domaine, dit dépendances ! Et comme la foule s’est concentrée dans la cour principale, cela me donne tout loisir de m’appliquer à faire de belles compositions avec ces bâtiments de caractère.

Lorsqu’un coup de klaxon retentit signe d’un départ imminent, je vérifie auprès d’un motard l’itinéraire prévu.

  • Ils repartent par l’allée principale ?
  • Non non, on repart par le petit chemin à droite !

Ouf, j’ai bien fait de demander ! Il ne me reste plus qu’à trouver quelques angles de vue originaux. Comme souvent, j’aurai une préférence pour le point de vue au raz du sol et tant pis si l’herbe est encore gorgée de rosée, mon jean finira bien par sécher !

Comme je le mentionnais précédemment, cette année il me semble qu’une attention particulière a été portée au regroupement des voitures par thème à l’intérieur du cortège. Par chance, j’ai pu réaliser deux beaux trios lors de ce départ !

Ces autos d’avant-guerre sont des fidèles de l’événement ! Comme moi, ils ont du être ravis que le soleil soit de la partie ce qui n’était vraiment pas le cas l’an dernier !!

Gros contingent de Mini cette année. Etant donné le plaisir que j’ai pris au volant de la version moderne, je suis convaincu que ce doit être vraiment très fun à conduire … à condition d’y caser mon 1m90 !

Alors que le silence se fait, je n’ai toujours pas vu passer la star italienne. Et si la F8 Tributo était seule, dans la cour du château, à m’attendre pour un shooting improvisé ?! Retour au pas de course et … rien, personne, la cour est vide ! Elle ne serait venue que pour la pause ? Mystère ! Tant pis, retour au pas de course jusqu’à mon Speedy – qui n’est du coup pas garé au bon endroit ! – et direction le fameux Pont du Dognon repéré ce matin.

Le pont du Dognon, Châtenet de Dognon

Je savais que le timing à ce moment-là serait serré. D’après google, mon itinéraire est 3 minutes plus long, sachant que je pars dernier et que je dois arriver premier … alors si en plus un tracteur s’en mêle sur les premiers kilomètres, ça va se jouer à peu de chose et chaque seconde compte ! Speedy garé dans le sens du départ, je prends juste le temps de monter l’objectif approprié et je cours en direction de la position repérée ce matin. A mon arrivée sur le pont, la Mercedes de tête se trouve face à moi, c’était moins une …

Il m’a fallu attendre une dizaine d’autos avant d’en avoir 2 bien visibles sur la même image. Par contre, le reflet dans l’eau a complètement disparu !!

J’avance de quelques mètres, assis par terre, pour bien mettre en évidence l’arche ! Ce n’était pas prévu mais c’est beau …

Et la version symétrique !

Afin de varier les plaisirs, tentative d’explozoom sur une partie du cortège. Et c’est cette Maserati Biturbo qui remporte la timbale même si l’effet de vitesse reste finalement assez limité.

A ce moment-là, il me reste à faire quelques vues de dos avec la route qui serpente en montée. Sauf que des voitures sont garées sur le bas côté et condamnent la position repérée ce matin. Je traverse en désespoir de cause mais c’est pire avec un immense panneau du département présentant les travaux de réfection du pont. Quelle cata ! La file de voiture est ininterrompue, les participants me reconnaissent et me font signe, appel de phares et même s’arrêtent pour faire une photo. C’est adorable mais … le fond est vraiment naze. Bref, rien de présentable et voilà la dépanneuse qui arrive déjà, confirmant que la Ferrari ne s’est pas jointe à la balade. Je suis sur le point de rejoindre mon Speedy quand … elle apparait ! La F8 Tributo se présente face à moi dans la pire situation… Bien entendu, je clique car je m’en voudrais de n’avoir aucune photo mais c’est vraiment sans conviction. Après tri et traitement, je m’aperçois que j’ai bien fait de m’obstiner !

Quelle allure ! Elle en ferait presque oublier le bout de dépanneuse et la 207 « de tous les jours » présentes également sur la photo.

Bon ben à ce moment-là il n’y a pas à réfléchir : sauter dans le Speedy et rattraper la fin du cortège au plus tôt pour espérer quelques photos dynamiques pendant le retour vers Limoges…

A la poursuite de la F8 Tributo !

La première intersection « élimine » les autochtones et la Ferrari se retrouve à portée d’objectif. Seule une belle 4cv bleue la sépare de moi. D’ailleurs, je trouve assez incongrue de pouvoir associer ces deux autos tellement opposées sur la même image. Sachant que nous entrons dans une portion très sinueuse en sous-bois, mitraillage en règle et advienne que pourra !

Le revêtement imparfait de nos petites routes limousines n’est pas idéal pour les travelling ! Cela oblige à quelque peu figer l’action pour assurer au moins une image exploitable…

Et après ? Continuer inlassablement à faire des photos de ce duo improbable ? J’ai beau essayer de me raisonner, me dire qu’il n’est pas très « fair play » de dépasser la 4cv, que dans un convoi comme celui-ci chacun reste à sa place, que lui aussi à le droit de profiter de la poupe et des – timides – vocalises du V8 transalpin… Je n’ai pas pu m’y résoudre. Alors après m’être montré dans les rétros, avoir mis mon clignotant, j’ai profité de ce petit bout droit pour sauter par dessus la petite Renault. Un signe de la main plus tard, je n’ai pas l’impression que ce dernier m’en veuille, je peux donc me concentrer sur la belle qui me précède !

Après une dizaine de kilomètres, arrêt complet. Nous sommes déjà à l’entrée de Limoges ? A priori non … bizarre ! Je profite d’une ligne droite pour me décaler et voir que tout le monde tourne à droite, la circulation étant assurée par les motards… Vous avez dit bizarre ! Quand un utilitaire double l’ensemble de la file pour continuer sa route, cela devient une évidence : je dois moi aussi profiter de cette opportunité ! Clignotant, dépassement, je pause le Speedy à côté des motos, changement d’objectif et … Tadam !

Dans la circulation, on ne voit qu’elle !

En fait, il y a un arrêt que je n’avais pas noté dans le parcours prévisionnel. En voilà une belle surprise !

Le Château de Salvanet, Saint-Priest-Taurion

Bon, qu’est-ce qu’il se passe ici ? Les voitures sont alignées dans une superbe allée ombragée. Je vais directement taper à la vitre du conducteur de la 4CV :

  • Désolé, c’est pas très habituel de doubler dans un convoi mais c’était pour faire quelques photos de la Ferrari …
  • Oh pas de problème ! C’est juste qu’on voit pas grand chose dans nos rétros !

Ouf ! Et maintenant ? Puisque rien ne bouge, petite séance photo.

Quelle plus belle image de l’esprit de cette Traversée ? Anciennes populaires et Supercars modernes, sublimées par les couleurs de l’automne !

Une pause bienvenue pour certains qui en profitent pour se dégourdir les jambes !

Ma star du jour tente un improbable demi-tour … A moins que ce soit juste pour prendre la fameuse pose Flash McQueen !

Ça repart enfin … sauf pour la 4cv qui tarde à démarrer. Du coup, superbe portrait en solo de la F8 Tributo…

Franchissement des grilles du Château de Salvanet avant d’échanger quelques mots avec les propriétaires.

Puis séance de tout terrain sous les yeux d’une spectatrice qui aura beaucoup apprécié ce défilé !

Ultime virage en montée, sur la terre, qui aurait pu devenir vraiment très amusant sous une pluie battante !!

Finalement, il ne s’agissait donc que d’un petit détour pour découvrir ce superbe lieu. Alors oui, je l’avoue, durant ces quelques minutes j’ai complètement oublié les autres participants pour me concentrer exclusivement sur la Ferrari. Le cadre, sa position isolée en fin de cortège, mon précédent échec au Pont du Dognon … les raisons objectives de réaliser ce shooting individuel étaient nombreuses. Mais en vérité, je crois que je suis simplement tombé amoureux !

Au cœur d’un superbe parc, trône cette belle demeure du XVIIIème siècle

Encore sous le charme de cette séance photo, je prends quelques minutes pour parler avec les propriétaires. Comme je l’imaginais, l’entretien et la rénovation d’un tel lieu requièrent des efforts quotidiens et quelques sacrifices : il faut aimer manger des pates visiblement ! Très touché par la tempête de 1999 – toit éventré, de nombreux arbres de l’allée principale déracinés – ce sont des travaux très importants qui sont menés depuis 30 ans pour permettre au domaine d’accueillir réceptions et mariages dans les meilleures conditions, avec notamment cette magnifique vue sur la vallée du Taurion ! Une passion transmise depuis maintenant 7 générations au sein de la famille. Je vous invite d’ailleurs à découvrir le lieu et son histoire plus en détail sur le site dédié : chateau-de-salvanet.fr

Il est maintenant temps de rentrer sur Limoges, tranquillement et en solo, pour voir l’exposition des voitures au centre-ville.

Exposition au Champ de Juillet, Limoges

La manifestation statique se déroule au champ de Juillet. Un grand parking en centre-ville qui est certes pratique mais n’a rien de reconnaissable. La gare par contre, est vraiment un monument emblématique de la ville et a été classée « Monument historique » en 1975. Il fallait dont l’intégrer à mon reportage, d’une manière ou d’une autre. Alors quand j’arrive à proximité et que j’aperçois une superbe Lexus RCF bleue dans mon rétro… pas une seconde d’hésitation :

  • Mise en route de l’appareil photo
  • Jeter le Speedy dans la voie « Arrêt minute »
  • S’éjecter le plus vite possible
  • Traverser la rue sans se faire écraser
  • S’accroupir, cadrer – approximativement – et prendre la photo !
Sans doute surpris, le conducteur a mis un coup de frein juste avant le passage piéton. Timing parfait, Merci pour votre collaboration !

Jolie rencontre dans une rue adjacente… La Corvette C3 est l’une de mes préférées avec la récente C7.

Afin d’être sûr de pouvoir repartir sans encombre pour la balade de l’après-midi, je gare le Speedy dans la rue plutôt que sur la place avec les autres voitures. Je recapote tranquillement avant de me diriger vers le Champ de Juillet pour faire quelques photos statiques – reportage oblige. Sauf que … tous ne sont pas arrivés, bien au contraire ! Et me voilà face au cortège qui termine sa parade dans le centre-ville. Surprise, c’est le moins que l’on puisse dire ! Alors, comment tirer parti de la situation ? Si j’avais initialement prévu de miser sur le contraste voitures classiques / circulation moderne, j’ai finalement opté pour un point de vue plus … terre à terre !

Quand je vous disais que les Mini étaient venues en force … et encore elles ne sont pas toutes là !

Un reportage automnal sans feuilles mortes ? Impensable ! Et s’il faut s’allonger par terre pour cela, et bien soit !

Comme prévu, le parking ne m’inspire guère. J’en profite donc pour aller saluer Karine Geneste, de l’Automobile Club du Limousin qui me transmet chaque année l’itinéraire de la balade pour que je puisse faire mes repérages. Après une délicieuse pause Coca, je vais faire quelques photos du rassemblement conjoint GP de Limoges Classic / Sportives du 87 avant de partir en direction du premier spot de l’après-midi.

Cliquez sur les photos pour profiter du grand format et des légendes 😉

Allez, c’est reparti pour l’après-midi. Retour au Speedy, mise en place du GPS … enfin si je le retrouve ! Ah, le voilà bien coincé sous le siège… Je tire sur le fil en espérant un miracle… le fil me reste dans la main mais le coquin restera bien caché ! D’ailleurs, 1 mois après il y est toujours !! Heureusement que le parcours est assez simple car je vais devoir faire ça de tête !

Le long de la Vienne, sur la D32

Gros dilemme lors des repérages : le pont d’Aixe sur Vienne ou celui de St Victurnien ? Dans le doute, j’ai choisi les deux ! Celui d’Aixe étant plus large et avec plus de circulation, je ne m’y arrêterai que pour une simple photo avec mon Speedy.

Ah si seulement ce monospace ne s’était pas garé juste derrière moi, j’aurais pu placer cet arbre sur la gauche et éviter qu’il ne coupe l’image en deux … si seulement …

A la sortie de la ville, prendre à droite direction Saint Victurnien par la D32. 15 km le long de la Vienne, une route juste assez large pour profiter de ses délicieuses courbes sans arrière pensée, juste assez étroite pour profiter de la végétation qui la borde et de la fraîcheur de la rivière… 15 km de pur bonheur au volant qui me rappellent pourquoi cette voiture est extraordinaire en mettant en éveil tous mes sens à des vitesses tout à fait raisonnables … 15 km qui m’aideront à passer l’hiver en attendant le retour des beaux jours !

Entre ombre et lumière…

… c’est une explosion de couleurs vraiment magnifique !

J’ai vraiment hésité à changer mes plans et m’arrêter en bord de route pour attendre le convoi. Mais les sous-bois, les couleurs de l’automne, on l’a déjà vu ce matin. Alors je reste sur ma première idée avec le pont en pierres. Comment ? Déjà vu ce matin aussi ? Oui mais les ponts … c’est un péché mignon !

Passage à Saint-Victurnien

14h35 – D’après mes calculs, ils devraient être là d’ici un petit quart d’heure. Juste suffisant pour définir le bon point de vue, l’idée étant de mettre en valeur la Vienne ainsi que le maximum de voitures en file indienne. Le pont ne sera qu’un accessoire, une bande de bitume dans l’image. D’ailleurs, je regrette de ne pas avoir fait au moins une photo depuis la berge car cette construction le méritait (voir ici pour les curieux). Assez rapidement, le point de vue est validé : debout sur le muret, il me suffit d’attendre, patiemment… juste quelques minutes sans doute !

Passants, motards, on s’était tous donné rendez-vous sur ce pont visiblement !

Gilet jaune, appareil photo autour du cou, j’apparais comme LE photographe officiel du rallye. Alors que la caravane se fait attendre, mes compagnons de bord de route commencent à s’impatienter et me chambrent gentiment.

  • Vous êtes sûr que c’est la bonne route ?
  • Ils sont peut-être déjà passé …
  • Dans 5 minutes, je connais un photographe qui va finir dans la Vienne !

Soudain, des bruits de motos mettent tout le monde en alerte. « Ça y est, ils arrivent !! »

Et non, ce ne sont pas « nos » motards. Mais merci pour le spectacle en tout cas !

Finalement c’est à 15h30 que la Mercedes de tête pointe le bout de son capot après presque 1h d’attente. Mais quand on aime … C’ est l’instant T, je retiens mon souffle et me concentre pour tirer le meilleur du convoi qui va passer devant nous. 3 … 2 … 1 … Feu !!!

Pour les habitants de St Victurnien, le passage des autos constituait la Traction du jour !

L’œil dans le viseur, je constate rapidement un problème … après seulement quelques voitures, le convoi s’arrête, les motos remontent vers la tête et certains participants mettent même pied à terre … Mais que se passe t’il ?! Coup d’œil autour de moi, il s’agit en fait d’une pause improvisée pour admirer le paysage et les bords de Vienne ! Autant dire que ma composition idéale à du plomb dans l’aile …

C’est le chaos sur le pont … il va falloir m’adapter !!

Allez Sylvain, réfléchis !! Avec les quelques photos du début de cortège, je devrais avoir ce qu’il faut pour illustrer le passage sur la Vienne. Changement d’objectif, petit footing vers le centre-ville. Hummm, ça va pas être simple : voitures en stationnement, nos amis motards qui font la circulation, spectateurs, pas évident d’avoir un angle qui me convienne.

Toujours dans un soucis de variété pour le reportage qui suivra, je décide de retourner vers le pont. Et pour louper le minimum de voiture, il n’y a qu’une solution … courir ! Ça fait sourire les passants, surtout quand je me penche pour prendre le virage à gauche, mais la force centrifuge, ça existe même à pied !

Petit test de vue : Alfa GTV, SLK, 911, M3 et … ?

Sitôt arrivé, sitôt reparti. Car juste avant la dépanneuse il y a … la F8 Tributo !! Et seule solution pour éviter le camion en arrière-plan, c’est la vue de dos dans la rue principale. Re-courir, re-pencher dans le virage – à droite ce coup-ci! – et attendre pour déclencher au bon moment. Sauf que bien évidemment, tout ne se passe pas comme prévu et si la photo de la M3 est sympa, celle de la F8 manque de netteté … RRRrrrageant !

Contrairement à la M3 E30, la E36 est vraiment discrète, surtout en noir. Pourtant, avec son 6 cylindres en ligne, BMW a transformé la berline en vraie GT !

Les virolos de la D28

De nouveau, pas une minute à perdre pour le dernier spot du jour, juste avant la pause à Nieul. D’après les vues de Google Street View, j’avais plutôt prévu un plan large sur un enchaînement de virages et une vue sur le Glane en contrebas. Mais ça c’était sans compter sur l’évolution de la végétation depuis le dernier passage de la Google Car en Décembre 2010 … et c’était surtout sans compter sur cette route délicieusement ondulée, ce goudron brillant et ces herbes verdoyantes ! Alors portraits solo, photos de groupe, figées ou en mouvement, anciennes ou modernes, il y en a pour tous les goûts !

Cliquez sur la galerie pour profiter du grand format, vous yeux vous diront Merci !

Comme de bien entendu, la mise au point foire de nouveau au passage de la Ferrari, mais j’ai plus d’un tour dans mon sac !

Elle m’aura donné du fil à retordre cette F8 Tributo, mais j’ai fini par l’avoir ma photo sur route !

Nieul et son Château

Je ne suis qu’à quelques centaines de mètres du lieu de la pause, et visiblement la mise en place est un peu compliquée. Résultat : embouteillage monstre en centre-ville. Je n’en demandais pas tant !

Qu’elles sont belles nos façades Limousines !

Pour sûr, les habitants n’avaient jamais vu un tel convoi sous leurs fenêtres !

La pause au Château de Nieul a été largement relayée sur les réseaux sociaux et dans le journal. Normal d’y trouver une foule plus importante que partout ailleurs sur le parcours. La cour étant plutôt exigüe, il y aura finalement des voitures garées un peu partout, pour le plus grand bonheur de tous !

Quand le traditionnel coup de klaxon retenti pour annoncer le départ, je fais un dernier effort pour de nouveau courir rejoindre le Speedy, ce qui ne manque pas d’amuser l’un des motards qui gère la circulation : « C’est du sport de faire des photos ! » J’ai bien tenté de répondre mais je ne crois pas que mes paroles étaient compréhensibles… quelle idée de courir avec un masque !

Retour sur Limoges … à toute vitesse !

L’inertie du départ me permettra de repasser devant tout le monde. N’ayant pas repéré cette partie de l’itinéraire, et le GPS étant toujours sous mon siège passager, inutile de tenter le diable : j’attends les voitures juste à la sortie du village. Et comme au bon vieux temps de l’argentique – époque que je n’ai pas connue ! – je ferai mes dernières photos pour « finir la pellicule » avec des filés. Le soleil décline et éclaire la campagne Limousine d’une teinte légèrement orangée, si c’est net ce sera beau !

J’aurais pu suivre tout ce petit monde jusqu’à Limoges mais finalement ce sera plutôt un retour direct à la maison. Pourquoi ? Que peut-il bien y avoir de plus important que d’aller finir cette journée sur le Champ de Juillet ? Ramasser des châtaignes en famille ! J’ai été pas mal absent ces derniers week-ends pour assouvir cette passion dévorante pour la photo et les voitures, cette petite balade avec les enfants sera la bienvenue pour tous les quatre.

Bilan de la journée ? C’était Top !

Et puis avec plus de 1500 photos faites depuis ce matin, je pense avoir suffisamment de matière pour faire un reportage digne de l’engagement et l’implication de tous ceux qui ont permit le déroulement de ces deux belles balades automnales ! On n’a pas eu droit à un Grand Prix de Limoges Classic traditionnel, mais cette Traversée de Limoges a été une vraie réussite à voir les sourires sur les visages de l’ensemble des participants tout le long de la journée !

@ bientôt pour de nouvelles Aventures Automobiles !


Que vous soyez participants, organisateurs, spectateurs ou simples lecteurs, n’hésitez pas à laisser un mot en commentaire, ça fait toujours très plaisir !

Ce reportage vous a plu ? Inscrivez-vous à la newsletter ou suivez-moi sur Facebook et Instagram pour être informés des nouvelles publications ! 😉

26 Comments

  1. Avatar
    Casimir
    5 novembre 2020
    Reply

    Quel article!!😍😍 Les premières photos de paysages notamment la deuxième et le pont sont assez incroyables. Même pas besoin de voitures pour admirer tes photos 👍 Tes nouveautés : filés à bord, un peu à la Evo sont non seulement originaux mais particulièrement réussis. Et que dire de la F8 sous tous les angles ainsi que de la 911 dans la forêt avec vue sur son duck tail.Un grand merci 👏

    • Avatar
      Sylvain
      5 novembre 2020
      Reply

      Merci Casimir pour ton soutien inconditionnel depuis plusieurs années 😉 Ça m’a fait plaisir de retrouver des photos de paysages purs ainsi que ces filés embarqués, en Mégane c’est tout de suite plus compliqué ! 😅

  2. Avatar
    Jacques Lafrite
    5 novembre 2020
    Reply

    Bravo Sylvain, je te nomme ambassadeur du rallye du limousin !!!

    • Avatar
      Sylvain
      5 novembre 2020
      Reply

      Merci Jacquot !! C’est vrai qu’entre Tour Auto, Mornay Festival, Rallye du Limousin et Traversée de Limoges, ma région d’adoption a été bien mise à l’honneur ces derniers temps ! 🤣

      Et encore, je ne parle pas de notre week-end Creüsering plus confidentiel ! 😉
  3. Avatar
    Korhona
    5 novembre 2020
    Reply

    La petite histoire, les anecdotes, les très beaux clichés ! Bravo !

    • Avatar
      Sylvain
      5 novembre 2020
      Reply

      Merci Korhona ! Imagine seulement les photos si j’avais un Smartphone comme le tien qui fait les photos tout seul 😀

  4. Avatar
    Fredo
    5 novembre 2020
    Reply

    Quel travail!!! Félicitations pour cet article qui a du demander un boulot monstre! C’est simple on a l’impression de vivre la journée à tes côtés et de courir pour atteindre les spots avec toi 😉 Les photos sont superbes, les lieux également… ça donne envie de participer!

    • Avatar
      Sylvain
      5 novembre 2020
      Reply

      Bien vu Fredo, c’est quand même un peu de boulot avant pour la préparation mais surtout après pour le tri, le traitement et la rédaction de l’article. Mais si j’ai réussi à t’embarquer à mes côtés, le contrat est rempli ! 👍 Merci pour ton commentaire. 🙂

      Pour les participants, la journée fut quand même beaucoup moins rythmée que la mienne : deux pures balades bucoliques de 60 km chacune 😉
  5. Avatar
    Chrifor
    5 novembre 2020
    Reply

    Bel article, belles photos, du grand Ferruccio. 👏 Merci Sylvain, ça fait du bien de sortir un peu pendant ce confinement.. 🙂

    • Avatar
      Sylvain
      5 novembre 2020
      Reply

      Merci à toi, ça fait plaisir de voir apparaître de nouveaux commentateurs 😉

      J’ai encore quelques jolies choses dans les tiroirs pour les prochains mois car finalement cette année 2020 si particulière a été très riche ! 😲 Il faut juste avoir le temps et le bon état d’esprit pour s’y mettre 🙃
  6. Avatar
    The Maxque.
    6 novembre 2020
    Reply

    Ce thriller à la Hitchcock qui
    commence dans la brume matinale 🌞 avec la poursuite 🚔 4CV contre Ferrari, le piéton énigmatique 🕺 , le cycliste 🚴‍♀️ contre la meute de motards 🛴 , le
    château né au gothique 🏕 , la spectatrice 💃 face à la bête 🐞 et bien sûr la horde
    sauvage de chevaux rugissants 🦄 se termine de la meilleure des façons :
    LE SOURIRE des acteurs 🎃 ! Merci Sylvain.

    • Avatar
      Sylvain
      6 novembre 2020
      Reply

      G E N I A L !!! Tu t’es peut être laissé griser par ta prose car la horde sauvage … c’est une licorne ! 😂

  7. Avatar
    LucKy71j
    6 novembre 2020
    Reply

    Bravo Sylvain.🙌🙌 Reportage passionnant car ton texte nous immerge dans ta journée. Tes anecdotes, tes descriptions illustrées par les photos, nous font voyager avec toi. Mention spéciale pour tes photos de paysages le matin car la lumière et les compositions sont magnifiques. Ma photo préférée avec une voiture est celle de la Westfield pour 3 raisons :- Lumière du matin- Couleurs de la forêt et de la voiture- Netteté exceptionnelle de la voiture. Encore bravo pour le travail.

    • Avatar
      Sylvain
      6 novembre 2020
      Reply

      😲 Merci Lucky !!
      Quelques mots complémentaires sur la photo de la Westfield orange : mon nouvel objectif pro 70-200 F4 aide beaucoup pour la netteté. Juste un mini regret : si seulement les occupants m’avaient regardé plutôt que de tourner la tête vers le chercheur de champignon ! 😅 Mais au final ce n’est pas si grave puisque les deux yeux globuleux de la voiture me fixent intensément ! 🤣

  8. Avatar
    Guillaume
    6 novembre 2020
    Reply

    Bonjour Sylvain, Après lecture de votre excellent article sur la traversée de Limoges il m’a semblé voir votre prénom apparaître 😊 Durant la traversée il m’avait bien semblé voir un opel Speedster stationné sur le chemin à plusieurs reprises ! Mes premières réactions ont été  » oh dommage qu’il ne participe pas à la traversée avec un speedster ça doit être sympa  » puis à la deuxième apparition  » tiens c’est étonnant un autre speedster.. 🙂 Bleu en plus comme celle de tout à l’heure !  » a la 3 ou 4ème apparition il fallait que je me raisonne… Soit le vendeur Opel de l’époque avait été très bon et avait vendu des Opel speedster bleu à la pelle ! soit c’était la même voiture… Mais dans le cas de cette dernière comment faisait elle pour être toujours là avant nous… 🤔🤔🤔 Mais à la sortie d’un virage je regarde dans mon rétro je vois ce superbe Porsche cayman GT4 qui me suit et là, j’aperçois ce speedster et non loin un objectif ! Ça y est enfin le mystère de la Light bleu était résolue 😊😊 De très belles photos sur votre article 😊 à très vite sur les routes je l’espère. Guillaume.

    • Avatar
      Sylvain
      6 novembre 2020
      Reply

      Excellent ! 😅 C’est vrai qu’en général les participants voient plus facilement la voiture en bord de route que le photographe au milieu de la végétation, en hauteur, dans le fossé … 🤣

      On est quand même quelques Speedster à Limoges et aux alentours : 2 bleus, 1 rouge, 1 gris … au moins !
  9. Avatar
    christophe
    6 novembre 2020
    Reply

    Bravo, un très bon résumé de cette journée et de magnifiques photos. Un des motards de l’encadrement

    • Avatar
      Sylvain
      6 novembre 2020
      Reply

      Avec plaisir ! Vous êtes chaque année plus efficaces, Bravo ! 👍

  10. Avatar
    Samuel
    6 novembre 2020
    Reply

    De très jolies photos de paysages, composé de bolides et de nature habilement mélangés me donnant bien envie de t’accompagner et essayer ce type de prise de vue qui montre la machine et son environnement. Beau travail.Décidément une belle rencontre avec un artiste du mélange entre la passion automobile et la nature. 😉

    • Avatar
      Sylvain
      6 novembre 2020
      Reply

      Merci pour ce gentil commentaire Samuel. Connaissant ta production photo, c’est d’autant plus valorisant ! Ravi de t’avoi rencontré également, on essaiera de refaire un duo l’an prochain, comme pour le Mornay Festival, en moins pluvieux si possible !! 😀

  11. Avatar
    Blacksrookie
    7 novembre 2020
    Reply

    Ah ben là, je suis sans voix 😍Ne change rien, tout y est ! Des photo variées, des paysages splendides, des voitures qui deviennent des stars sur la « pellicule », des anecdotes qui rendent tout ça vivant, bref, c’est l’Aventure Automobile (😉) Evidemment, le titre fait moins rêver que l’autre reportage que j’ai vu ce matin qui se passe en Italie ! Mais la comparaison est presque en faveur de Limoges qui concurrence Rome, Brescia ou Parme !

    • Avatar
      Sylvain
      7 novembre 2020
      Reply

      Merci Alain pour ce commentaire tout en mesure ! 😅 Les concurrents des Mille Miglia dans les centres-villes historiques ou la campagne Toscane, c’est quand même quelque chose ! 😍 Ayant lu et apprécié le même reportage sur News D’anciennes, je suis plutôt satisfait de la comparaison. Merci pour tes encouragements ! 😉

  12. Avatar
    Patrick ("Senior")
    7 novembre 2020
    Reply

    Très beaux paysages ensoleillés, superbes photos et un texte aussi intéressant que fluide qui permet une lecture facile. Que demander de plus ?Bravo Sylvain !

  13. Avatar
    Sylvain
    8 novembre 2020
    Reply

    Merci beaucoup Patrick, je craignais vraiment que le texte soit trop long et n’intéresse que les participants et moi mais finalement on dirait que non ! 😎👍

  14. Avatar
    13 janvier 2021
    Reply

    Franchement, les voitures sont jolies mais elles sont superbement mises en valeur, en cela aidé par l’environnement limougeaud et le temps au beau fixe. Un reportage qui laisse bouche bée et qui donne envie d’être présent à la prochaine édition !Merci pour ce beau partage,Cédric.

    • Avatar
      Sylvain
      13 janvier 2021
      Reply

      Eh bien on dirait que t’as apprécié, merci pour ce commentaire dithyrambique ! 😇 Organiser un tel événement fin Octobre dans la région, faut croire en sa bonne étoile pour la météo. 😂 Mais cette année c’était parfait ! @ l’année prochaine donc ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *