Rallye de Corse, Jour 2 – La côte nord !

Cette première journée sera dense, très dense ! 280 km / 7h de route, et d’après mes repérages, une diversité de paysages juste hallucinante : entre Mer et Montagne dit la brochure ! Voyons s’ils ne nous ont pas menti !

 

L’heure de vérité !

Après des semaines, nous y sommes enfin. Est-ce que tous mes préparatifs, mon organisation, mon matériel, me permettront de réaliser le reportage de mes rêves ? Une chose est sûre, ce n’est pas l’envie ni la motivation qui manquent !

La nuit fut plutôt courte et mouvementée. Je n’étais vraiment pas serein à 4h30 lorsque le bateau se mit à tanguer de manière plus sensible. Aie … j’ai bien mis le frein à main, mais pas de vitesse … Dans quel état vais-je retrouver mon Speedy ?! On n’est pas forcément très lucide en pleine nuit !

Réveil par le commandant à 6h ! P’tit dej’ vite avalé – j’ai l’estomac noué de toute façon ! – et direction le pont pour voir le soleil se lever. Un petit moment de quiétude avant une journée sur un rythme d’enfer.

Quel spectacle à l’entrée du port de Bastia. Inspirer bien fort … ça va être magique !

Je descends vers la cale dans les premiers. Je garde toujours en tête de faire quelques photos à l’intérieur avant que le parking ne soit envahi par les touristes !

En attendant, quelques mots avec Françoise, copilote de l’Elise S2 Verte – noire diront les moins attentifs.

  • Ah voilà notre photographe. Tu roules avec quelle voiture?
  • Un Opel Speedster, presque une Lotus !
  • Mouais, on en avait essayé un, mais pas convaincu. C’est quand même moins bien qu’une Elise ! 🙂

Et Toc ! Je réalise tout de même que ça ne va pas être facile de relier voiture/pilote-copilote/prénoms ! 🙃

Nous pouvons enfin accéder au parking !! Le temps de vérifier que mon Speedy n’a pas bougé, je file faire quelques images avant le débarquement.

Thierry devait être aussi soulagé que le blindé n’ai pas atteri sur sa grenouille durant la nuit !
Gentlemen, start your engine !

Débarquement en dernier, salut amical à mes compagnons, et je file vers mon premier spot. Cette fois-ci c’est vraiment parti !

Le Cap Corse, côte Est

Le temps de s’extraire de la ville, la route devient vite fort sympathique : ça tourne, c’est bien revêtu, c’est vert et on voit la mer dès qu’on tourne la tête. Même s’il ne fait pas chaud et que le temps est menaçant, j’ai bien fait de décapoter pour en profiter encore plus, tout en gardant mon bonnet bien vissé sur la tête !

Spot n°1 – La Tour de L’osse

Lors de mes repérages du littoral, j’avais remarqué cette tour génoise (lire ici) en bord de route, qui pourrait offrir un intérêt photographique supplémentaire. C’est d’ailleurs l’une des vues que je vous ai présenté dans l’article précédent (Rallye de Corse – Jour 1). D’autant qu’un dégagement était prévu à proximité pour y laisser la voiture. C’est un point non négligeable pour ne pas perdre trop de temps. Moins de 3 minutes après m’être installé, le premier groupe arrive déjà.

La côte Est est verte, sauvage, et le ciel toujours menaçant !

Quelques enseignements après le passage de ce premier groupe :

  • Il va falloir composer avec la circulation ! Ça me change des routes étroites, sinueuses et désertes que j’arpente habituellement !
  • Ma préparation n’a pas été vaine, le timing est vraiment serré et avoir déjà un objectif en tête en arrivant permet de gagner quelques précieuses minutes.

Spot n°2 – Les virages de la D80, côté Est

L’idée de ce reportage est d’être aussi varié que possible. Ayant réussi – au moins – une photo sur le spot précédent, je cours une centaine de mètres pour illustrer les virages de cette jolie route. Changement d’objectif également pour se focaliser sur les voitures. Le grondement des moteurs m’alerte sur l’arrivée du groupe 2.

N’oubliez pas de survoler ou cliquer sur les images pour lire les légendes 😉

Enseignements de cette série :

  • Prévenir tous les participants que les appels de phares sont à proscrire !! L’appareil photo ne sait plus où il habite lorsque cette éruption de lumière vient éclairer son capteur !

Spot n°3 – Littoral sauvage

Pour le dernier groupe, je m’élève – un peu – pour changer d’angle. Ce premier passage me permet également de jauger les distances entre les convois : écart groupe 1/2 = 5 min, groupe 2/3 = 15 min. Bon à savoir !

Survoler / cliquer, les légendes … vous commencez à connaître ! 😉

Petit ouf de soulagement au passage de la dernière voiture, je suis assez satisfait du résultat. Allez, en route, on se retrouve de l’autre côté !

Le Cap Corse, côte Ouest

C’est là que l’organisation de Max est juste parfaite pour mes reportages. Une à deux pauses / demi-journée, bien identifiées, qui permettent de définir des tronçons sur lesquels je recherche mes points de vue. De plus, les 3 groupes étant assez proches, ça permet de ne faire attendre personne « juste » pour les photos.

La spécificité des routes corses c’est qu’il n’y en a pas beaucoup ! Du moins comparé au continent. Le bémol, impossible de court-circuiter le Roadbook pour gagner du temps. Sauf aujourd’hui, à cet instant précis. Alors que les participants montent jusqu’à la pointe, je coupe par le Col de Santa Lucia pour retomber de l’autre côté, à Pino. En quelques kilomètres, on est passé de la mer à la forêt puis la montagne… déroutant ! C’est aussi l’occasion de constater que sur la route les locaux sont bien plus courtois que les touristes, et qu’être facteur dans ce secteur – lorsqu’on aime conduire – est assez proche du boulot idéal. Seul bémol, c’est en Kangoo ! 🤣

Spot n°4 – L’anse d’Aliso

En remontant de quelques kilomètres, se trouve cette jolie avancée de mer que j’espère pouvoir intégrer dans ma photo avec le maximum de voitures.

Vue de la route, pas mal non ?

Je gare le Speedy, premier test au niveau de la route … Bof. Les voitures seront déformées car trop proche du bord de la photo. Il faut prendre de la hauteur. Je crapahute, nouveau point de vue et … Qui a garé cette majorette bleue dans le cadre ??!! Redescends, déplace la voiture de quelques mètres, remonte, nouveau test : bien joué, là ça va être sympa ! D’ailleurs, je vois même les autos de l’autre côté de la Anse, parfait pour des vues éloignées de dos. Deux angles pour le prix d’un, c’est idéal. Sauf que je dois utiliser l’autre objectif, le 70-200, et que celui ci est resté … dans le Speedy ! 😡

Redescends, cours, remonte en vitesse, accroche toi à cette petite brindille pour éviter de finir 5 mètres plus bas avec tout le matériel photo, remets toi en position et … attends ! Mais c’est long … Ils doivent être entrain de faire des photos des voitures sur un joli parking en bord de mer ou essayer de voir le continent en plissant les yeux !!

Comme je ne sais pas rester en place, je tente d’optimiser mon placement. J’avance dans le maquis et … oh, il n’y a rien sous mes pieds là !! Bref, retourne à ta place et prends ton mal en patience. Au final, je serai arrivé près de 30 minutes avant le groupe 1. Mais vaut mieux ça que 30 secondes après ! 🙃 Et puis le cadre est quand même superbe !

Une Exige 380 décapotée vue de dessus, un des meilleurs angles !

Au final, 4 voitures sur la même photo, pas mal. Le virage coupé ? C’est volontaire, il y a un autochtone en Peugeot Expert en sens inverse !! Changement d’objectif express en mode pit-stop de F1 et c’est parti pour les vues de dos.

Le feuillage flou à l’avant plan? Merci objectif magique !

Ce tronçon sur la côte Ouest est l’un de mes préférés du jour et j’avais identifié 3 environnements bien différents. Donc pas de temps à perdre, je saute dans le Speedy pour me diriger vers l’emplacement suivant. J’espère ne pas voir le Boxster rouge dans mes rétros !!

Spot n°5 – Les virages de la D80, côté Ouest

J’avais lu que le littoral de ce côté là était plus abrupt, avec les roches directement dans la mer. C’est vrai, et du coup je le préfère même à la partie plus verdoyante du début de matinée. D’autant que de nombreux murets bordent la route pour prévenir tout excès d’optimisme … et j’adore les édifices en pierres !

Pitié, pas d’appels de phares !

Voici enfin le groupe 2 qui arrive. Leçon de trajectoires sur ces routes étroites et sinueuses à souhait !

En Elise, on vise la corde et on tient sa droite !
En AMG, idem mais ça déborde un peu !
Un spectacle qui donne le sourire !

Enseignements de cette série :

  • Oublier les rafales. Avec 2 photos par voiture, la mémoire de l’appareil me fait défaut et m’empêche de photographier les derniers ! Heureusement il reste les vues de dos.

Spot n°6 – Les falaises de Canari

Clairement, la tension monte d’un cran. Ce spot est l’un des plus emblématiques de ce rallye. Je suis tombé dessus lors de mes recherches et je me suis dit : « C’est ça que je veux faire ! ».

Pas évident de retrouver CE virage sur le parcours, mais j’ai réussi ! © McKlein/LAT Images
En plus, le hasard faisant bien les choses, il y a un chemin qui grimpe juste en face Je peux y garer la voiture et me mettre en hauteur. Quelques essais.

Bilan : Je suis au bon endroit et je retiens le cadrage horizontal et sans végétation. La lumière n’est pas géniale, mais ça aurait pu être pire. Reste plus qu’à attendre la musique du V8 de la Ferrari 308 résonnant sur les parois rocheuses. Je sens quelques gouttes … impensable de prendre le risque d’aller recapoter et fermer le coffre. Puis finalement les planètes s’alignent !

Tadam !

Je regarde immédiatement le résultat pour constater avec bonheur que c’est dans la boite ! Coup d’œil à la route et … les retardataires viennent de passer. Mais l’avantage des points de vue en hauteur c’est d’avoir plusieurs possibilités.

Notez les galets noircis par la pluie de la plage d’Albo.

Mon rythme cardiaque peut enfin redevenir normal, spot validé ! 😍 Je reprends la route le cœur léger pour le dernier tronçon de la matinée. Gardez bien en tête cette dernière photo : nous sommes bien d’accord que c’est le SL500 de Jean-Luc qui ferme la marche !

Spot n°7 – Portraits en montagne

Depuis le début de la journée, je m’attache à varier les styles de photos. Le Groupe 1 n’a pas encore de vue rapprochée. Je me mets donc en quête d’une composition assez précise : vue de face avec un arrière plan dégagé. Il faut dire qu’on vient d’attaquer une ascension sur route sinueuse – ce sera le cas toute la semaine – mais assez large et surtout très ensoleillée. Pas étonnant, on entre dans le désert ! Une fois l’emplacement repéré, au niveau du Ravin de Ghineparo, j’attends donc Max pour une série de portraits. Et là … Surprise !

Mais, c’est pas Max ça ?!

Jean-Luc fait donc honneur à la réputation du Groupe 3 qui est d’ordinaire le moins discipliné ! Bon … Il ne faudra que 3 minutes pour que les choses reviennent dans l’ordre avec l’arrivée du Groupe 1.

Trio d’anglaises colorées, un régal pour le photographe !

Ce n’était pas prévu, mais il y a encore un petit muret en pierres sur le côté. Quand je vous dis que j’adore ça !

Spot n°8 – Le Désert des Agriates

Mais l’élément essentiel de ce tronçon c’est ce fameux Désert des Agriates. Ni sable ni oasis, juste de la roche et un brin de végétation. Avec la mer, là bas au loin ! Pour me repérer, j’avais prévu de m’arrêter sur le parking du Relais de la Fontaine. A peine garé, j’entends déjà les échappements du Groupe 2 m’annoncer leur arrivée imminente. Je cours, change d’objectif, saute sur le muret du pont et … Voilà !

Qu’on se sent petit au milieu du désert !

Juste après le passage d’Olivier et son Elise S3, un énorme bruit strident me fait sursauter. Hey, ça va pas, je suis débout au bord du vide !! Coup d’œil en arrière … rien d’anormal. J’apprendrai par la suite qu’il vient de laisser sa plaque sur une ondulation de la route. Plus de peur que de mal donc.

Le groupe est scindé en deux. Changement de réglages et premier test de filé de la journée.

Techniquement imparfaite mais ce n’est que le début du voyage !

Bon, j’ai été pris un peu de court. Car mon idée, c’est de mettre en évidence l’immensité du lieu. Avec Max, nous avions évoqué une pause photo de groupe sur un parking en bord de mer juste avant la pause de midi. Sauf que je reçois un SMS :

  • « On laisse tomber la photo de groupe ! »

Parfait, je vais pouvoir aller au bout de ma démarche.

Spot n° 8 bis : L’immense Désert des Agriates

Je grimpe donc sur les rochers en bord de route, me faufile à travers une végétation finalement pas si éparse et surtout assez hostile. Je trouve une position qui me convient moins d’une minute avant que le Groupe 3 ne fasse son apparition. Guy et sa Ferrari en tête !

On se sent encore plus petit n’est-ce pas?

Malheureusement, les réglages ne sont pas idéaux et les photos suivantes ne seront pas si réussies. Dommage.

Tiens, je ne crois pas qu’il fasse partie du Rallye celui-ci !

La matinée est terminée, il ne reste qu’à rejoindre la pause déjeuner à l’Ile Rousse et ainsi retrouver le bord de mer. Je peux enfin me détendre quelques minutes et profiter de ce paysage et cette route géniale sans regarder ma montre ! C’est les vacances !! 🌴

Déjeuner sur la plage de Losari

Je n’avais pas noté l’adresse dans le GPS mais par chance les derniers sont arrêtés en bord de route. Le chemin pour accéder à la plage est disons … accidenté ! Forcément, éviter les nids de poule géants pour ne pas y laisser son masque avant demande un peu de concentration. Par chance, une guide bien aimable nous aide à traverser cette épreuve sans dommage. A table !

Aie … ça sent le plat de poisson !!

Alors que tout le monde se détend, je commence à m’inquiéter. « Vous savez ce qu’on mange? » Bien évidemment, quoi de plus normal que de déguster du poisson dans une paillote sur la plage. Sauf que je n’aime pas les produits de la mer, exception faite de ces succulents petits poisson panés en bâtonnets… surgelés ! Finalement, le chef me servira un burger et des potatoes, juste délicieux ! Quant au dessert à la mangue, un régal. L’heure de la sieste ? Pas du tout ! Un petit tour sur la plage et c’est reparti pour un après-midi qui s’avèrera très compliqué !

Survolez les images pour lire les légendes ! Promis, c’est la dernière fois que je le dis … 😇

Alors départ, et on suit le GPS … sauf que la veille je n’avais pas programmé l’itinéraire exact faute de connexion internet sur le bateau ! Me voilà en route vers l’Ile Rousse 😡 Demi-tour et direction Belgodère, où je me perd … 🤬 Quand je retrouve enfin mon chemin, le premier groupe est juste devant moi. Rageant ! Le Groupe 3 ayant fait l’impasse sur cette boucle à l’intérieur des terres pour rejoindre Calvi par la côte, reste seulement le groupe 2. Allez, tout va bien se passer … ou pas !

Spot n° 9 – Un pont à Occhiatana

Avec les pierres, les ponts sont ma seconde obsession. Alors un pont en pierre … Mais comme tout va de travers, il faut qu’un gentil Monsieur me demande des précisions sur notre itinéraire alors que je m’apprête à courir me mettre en place.

  • On organise un rassemblement dimanche, vous pourriez peut être vous joindre à nous.
  • Désolé on repart samedi. Je suis navré, mais je dois vraiment vous laisser …

Lorsque je fais des photos, je deviens un peu « sauvage » ! 😉 Je vous laisse découvrir le résultat ci-dessous. Quelle galère !

Heureusement qu’un 3008 a bloqué Luc et Thierry et m’a permis de traverser la route pour obtenir le cadre souhaité. Mais c’est dépité que je retrouve mon Speedy. Ce tronçon était celui que j’avais le moins préparé, et je l’ai bien ressenti ! J’allume l’autoradio et roule tranquillement sur cette « route des vins – AOC Corse Calvi ».

Les nuages laissent place à un ciel bleu qui nous accompagnera toute la semaine !

Toutefois je reste perturbé et j’ai perdu pied dans mon organisation. Je fais le plein, m’autorise même un Orangina sur la plage de Calvi avec une jolie vue sur la ville.

T’es le photographe du rallye et tu prends du bon temps … non mais allo quoi ?!

Max m’annonce un départ dans 5 minutes … Oups, retour à la réalité ! Il n’y a plus de temps à perdre, de nombreux cols nous attendent !

Spot n°10 – Col de Marsolinu

Cet endroit est très riche : le sommet du col, suivi d’une épingle et une vue sur la vallée. Une fois n’est pas coutume, je vous présente les passages des groupes 1 et 2 en même temps !

Je vous ai déjà dit de cliquer sur la galerie ? 🙃

Finalement ça s’est plutôt bien passé, je reprends du poil de la bête et je récupère les deux Cayman pour une petite balade en groupe. Dans le serré, mon Speedy fait merveille, je me régale. Si seulement il n’y avait pas ces zones ombres/lumières en sortie de virage qui nous aveuglent ! Un duo de 308 CC se range sur le côté pour nous laisser passer / nous regarder. Mais je ne dois pas me laisser griser, nous voici arrivés au sommet !

Spot n°11 – Col de Palmarela

Cet arrêt est autant justifié par les possibilités de photos sur la route que par la vue sur le Golfe de Girolata.

Une vue pareille, ça se passe de commentaire !

Les deux cab’ Peugeot me rejoignent sur le belvédère et engagent la conversation. Visiblement on a piqué toutes les chambres à l’hôtel Scandola de Piana, et ça les contrarie ! 😁 Mais je suis contraint de couper court, les affaires reprennent !

Alors que les vues de face ne me permettent pas de cadrer comme je l’aurai souhaité, c’est la vue de dos qui s’avère la plus jolie. Ça change !

Le groupe 3 – au complet – a fondu comme neige au soleil !!

Et c’est reparti pour une nouvelle succession de virages avec la descente puis le Col de la Croix avant l’arrivée à Porto. Le moteur de mon Speedster, coupleux mais manquant de caractère, est idéal dans ces conditions. Sur cette portion Calvi / Porto, la conduite est absolument jouissive !

Spot n°12 – Les calanches de Piana

Dernier spot de la journée et certainement l’un des plus emblématiques. Ce n’est pas pour rien si ces 3 km de routes sont classés au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Comme un fait exprès, nous y passons en fin de journée, lorsque les roches deviennent ocres…

Pendant que certains sont subjugués par la vue …
… d’autres s’attardent sur des détails !
1 km de marche rapide dans ces conditions, je ne me plains pas !

Par peur de ne pas être au bon endroit au bon moment, je cours quelques dizaines de mètres avant de m’arrêter, à bout de souffle, puis repartir dans un élan de motivation. Une attitude qui ne manquera pas de provoquer l’étonnement des autres touristes ! 🤣

Et voici le Cœur des Calanches avec le passage entre les rochers
Y a plus qu’à attendre maintenant !
Pour meubler, rien de tel qu’une petite séance d’escalade : la mer devient plus visible.
Alors que j’atterris sur la route après avoir sauté de mon perchoir, je tombe sur 2 membres du Groupe 3 : décidément, ils n’en font qu’à leur tête !

Je réalise aussi qu’il va falloir composer avec la circulation, mais aussi et surtout les piétons qui s’arrêtent prendre une photo ou pire, contempler le paysage pendant de longues minutes ! Mais qui serai-je pour leur demander de partir alors même que je n’ai aucune idée de l’heure d’arrivée de Max & Cie !

Et bien entendu lorsque cet instant fatidique arrive, piétons et touristes sont sur les lieux pour assister à ce carnage photographique. Je prends plein de photos en essayant d’éviter au maximum tous les éléments « gênants ». J’arriverai bien à recadrer comme il faut une fois sur l’ordi. Mais lorsque les voitures – Groupe 1 et reliquat du G3 – sont passées …

« Noir c’est noir, il n’y a plus d’espoir ! »

Finalement, c’est le soleil qui a bien baissé ces dernières minutes qui sera mon bourreau. Tout ça pour ça ?? 😰

Je ne suis pas dépité, je suis anéanti, et je pèse mes mots. 😇 Il ne me reste plus qu’à retourner à la voiture, tout penaud. Machinalement, je change mes paramètres pour être prêt, au cas où…

Le Groupe 2 !!! Je l’avais complètement oublié !

En plus, Cyrille, en ouvreur attentif, m’a bien senti surpris et s’arrête pour me permettre ce beau cliché. Il sera imité par chacun des membres de son groupe … beau souvenir pour tout le monde !

Oui, les passages sont étroits, très étroits !

Une Happy End comme dans les films américains. Je flâne donc durant la descente, toujours subjugué par ce coucher de soleil et les innombrables détails des roches qui m’entourent.

La Photographie, c’est l’écriture de la lumière. Et sans lumière, on ne fait rien …

Cette fois-ci c’est bel et bien terminé, je remballe et direction l’hôtel de Piana où une douche et un lit m’attendent avant de sortir dîner. Quelle journée les amis !! 🤩

Spot n°13 – Hôtel La Scandola

Bon, quand y en a plus y en a encore. Au moment de partir, après un repas très sympathique qui permet de faire un peu plus connaissance avec les autres participants, je réalise que le parking est éclairé. Donc, retour à pied à l’hôtel, appareil photo/trépied et je reviens en Speedy pour un petit shooting nocturne !

Je fais ces photos avec Eric qui a l’air un peu médusé de me voir ainsi combattre les minuteurs des projecteurs. Cette semaine est entièrement dédiée à la photo, une opportunité unique dans un cadre idyllique. Alors ce doit être l’occasion pour moi d’expérimenter toutes les conditions de prise de vue possible pour en retirer un maximum d’expérience !

Spot n°14 – Bonus !

Il est plus de minuit lorsque je reviens dans ma chambre. Comme chaque soir, je sauvegarde les photos, recharge les batteries et prépare la journée du lendemain. Mais je me suis aussi astreint à faire une petite sélection de 5 photos représentatives de la journée. Et lorsque je reprends les clichés des Calanches de Piana, ce n’est pas si catastrophique. Après quelques ajustements, c’est même plutôt très sympa !

Ne jamais s’avouer vaincu !

De la triche ? Pas du tout, car finalement la scène était bien plus proche de ce résultat que de la photo noire que j’avais perçu au dos de mon appareil tout à l’heure !

Alors cette journée ?!

Clairement, il n’y a pas de publicité mensongère : la Corse c’est juste magnifique ! Une diversité de paysages hallucinante, tous plus grandioses les uns que les autres. Et des routes merveilleuses !

Quant à mon organisation, elle s’est révélée – presque – sans faille sur cette journée très ambitieuse. Un bel encouragement pour le reste de la semaine !

Bonne nuit et @ demain pour une nouvelle Aventure Automobile en Corse !

Si ce reportage vous a plu, vous pouvez vous inscrire à la newsletter ici.

14 Comments

  1. Jean Ragnotti
    11 octobre 2019
    Reply

    c’est très bon !!malgré le beau plateau, les plus belles sont celles des paysages ,bravo !

    • Sylvain
      11 octobre 2019
      Reply

      Merci Jeannot, ça doit te rappeler tes 2 victoires au Tour de Corse ’82 & ’85. Bonne retraite !

  2. Franck
    11 octobre 2019
    Reply

    Trop fort ce Sylvain, il est même suivi par une légende du Sport Auto ! 👍🏎

    • Sylvain
      11 octobre 2019
      Reply

      Flatteur n’est-ce pas ? Après Lewis Hamilton lors du Jour 1, qui viendra lire le Jour 3 ?!

  3. Max
    11 octobre 2019
    Reply

    J’ai l’impression d’y avoir participé (à la balade, pas au reportage !) et puis les félicitations de J.R. ça n’a pas de prix 🤣

    • Sylvain
      11 octobre 2019
      Reply

      Merci, je suis vraiment content que le récit puisse plaire à ceux qui n’ont pas eu la chance d’être parmi nous !

  4. Patrick-Luc
    11 octobre 2019
    Reply

    Superbes photos, comme d’habitude. Elles sont encore mis davantage en valeur par les paysages. Bon texte aussi où les anecdotes concernant tes aventures pédestres sont amusantes.

    • Sylvain
      11 octobre 2019
      Reply
      Merci Patrick, c’était un peu inédit d’utiliser le grand angle dans des photos où la voiture n’est qu’un prétexte pour montrer le paysage. Tant mieux si l’essai est réussi. Quant aux aventures pédestres, c’est sympa à raconter mais épuisant !
      Le lendemain je changerai de technique
  5. casimir
    11 octobre 2019
    Reply

    Genial. Magnifique. Terrible. Je manque de superlatifs ! Merci Vraiment !!

    • Sylvain
      12 octobre 2019
      Reply

      Qu’avez-vous fait du méchant Casimir ? Merci Bruno !

  6. Thierry
    15 octobre 2019
    Reply

    Superbe !!!D’autant que nous n’avions pas souvent le temps d’apprécier ces si beaux paysages…Merci et bravo Sylvain!

    • Sylvain
      15 octobre 2019
      Reply

      Merci ! C’était l’une des missions que je m’étais fixée, ravi qu’elle soit accomplie ! C’est sûr qu’on a plutôt tendance à regarder la route en voiture, même en passager.

  7. Ari Vatanen
    16 octobre 2019
    Reply

    J’aime beaucoup ce que vous faites. Continuez je vous prie.

    • Sylvain
      16 octobre 2019
      Reply

      Ari Vatanen ?! Je suis flatté ! Merci pour le compliment. Au plaisir de se retrouver lors du Tour Auto 2020 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *