Musée Matra, les expos temporaires

On peut se rendre à L’Espace Automobile Matra pour y découvrir les modèles emblématiques de la marque : F1, Endurance, Série, Concept, il y a de quoi faire. Mais j’aime surtout y revenir pour les nombreuses expositions temporaires. Florilège de mes 4 visites à Romorantin avec l’expo « Youngtimers » de 2019 en point d’orgue !

J’ai découvert ce musée un peu par hasard. Une amie à qui je rendais visite en 2011 me l’a suggéré, connaissant ma passion pour l’automobile. Depuis, j’ai eu l’occasion d’y retourner plusieurs fois puisqu’il ne représente qu’un détour réduit sur l’axe Limoges / Paris. Mais surtout de nombreuses expositions temporaires y sont organisées régulièrement, ce qui renouvelle l’expérience à chaque visite !

2011 – La 2 CV sans complexe

En Novembre 1999, la 2CV est élue voiture du Siècle ! Bon OK, c’est juste un sondage du journal « Le Parisien » (voir source ici) un brin franco-français tandis que la Voiture du Siècle officielle est la Ford T (lire ici). Bref, tout ça pour dire que la Deuche est un symbole de l’automobile française. L’exposition présente des modèles plutôt originaux, curieux, voire étranges !

Avant le modèle de série en 1949, on ne parle pas de 2CV mais de TPV – très petite voiture. Ici un des 5 modèles pré-série d’avant guerre encore existants. 😲

La TPV fait carrément flipper ! Même pas en rêve j’approche la main pour la démarrer à la manivelle !
La Deuche, star de cinéma avec Sœur Clotilde dans les Gendarmes de St Tropez !
La 2CV se démonte complètement … à l’instar de la C3 Pluriel qui eut beaucoup moins de succès !
Ça sent les vacances n’est-ce pas ?
2 Châssis d’Ami Super, une Carrosserie de 2CV rallongée de 78 cm et hop voici la version Limousine !
La version Fourgonnette pour les Services Publics.
La même gonflée aux stéroïdes pour les télégrammes urgents !
Ici une création anglaise Lomax 224 sur base de 2CV. Elle existe aussi en 3 roues !! Sont fous ces anglais !

Mais mon TOP 3 regroupe des modèles très différents :

  • La plus belle, j’ai nommé la Charlestone sortie en 1981.
Sa robe Noire / Rouge Delage est très caractéristique !
  • La plus originale avec cette réplique de la version « Barbot » qui conquit 9 records de vitesse à Montlhéry en ’53. Son histoire est à lire ici :
Nul doute que baisser la tête faisait gagner de précieux km/h car le moteur s’en tenait à 348 cm3 !
  • La plus sportive avec cette version de Philippe Pétré, grand amoureux de 2CV, qui finit le Paris-Dakar ’90 en 63ème position.
En fait c’est un Mitsubishi Pajero recarrossé : Je suis ultra fan !

Pour une première visite, j’ai été très agréablement surpris par les modèles présentés et la mise en scène. Je reviendrai !

2015 – Citroën se découvre

Cette escapade n’était pas prévue. De retour de déplacement depuis Paris, un collègue me dit avoir travaillé sur le projet M72 pour Matra. Du coup je le questionne un peu :

  • Tu as déjà vu la voiture en vrai ?
  • Non !
  • Sans rire ! Bon ben on y va alors … mais en vitesse !
Elle est passée à un cheveu de la mise en production … son histoire est à lire ici.

A l’arrivée l’expo temporaire est encore consacrée à la marque aux chevrons : « Citroën se découvre ».

Duo de Championnes du Monde pour nous accueillir ; Xsara WRC ’06 et C4 WRC ’10
Avec un Daniel Elena plus vrai que nature !

Mais ma principale découverte fut cette belle ZX Rallye-Raid, vainqueur du Rallye Granada Dakar aux mains de Pierre Lartigue en ’95.

5 Titres mondiaux entre ’93 et « 97 !
En vrai, j’ai été très surpris par sa compacité !
Bel effort de mise en scène, on se croirait dans le désert non ?

Faute de temps, nous ne nous sommes pas arrêtés sur tous les concepts de Citroën décapotables présentés : C5 Cabriolet C-Airscape, DS, Traction etc … mais impossible de ne pas vous offrir cette AX Cabrio proposée par Heuliez : Magnifique !

En cas de pluie je préfère la version AX Kway !

Ce fut court mais rien que pour la ZX Rallye-Raid ça valait le coup. Je reviendrai, encore !

2018 – Occasion manquée

A quelques semaines près, je rate l’exposition 2017 « Ferrari à l’affiche » : Testarossa, 308, 250 GTO … bref, c’est dommage ! Du coup, ce sera l’occasion de visiter le musée durant une phase de transition, et apprécier les modèles Matra particulièrement mis en valeur. Mais côté nouveautés, forcément ça se réduit à peau de chagrin.

La Matra MS670B vainqueur des 24H du Mans ’73 est à l’honneur
Le premier proto Pescarolo (ex-Courage C52). En 2000, avec notamment S. Bourdais au volant, il finira 4ème des 24H du Mans derrière 3 Audi R8. Jolis débuts !
Quand à cette Hispano Suiza, c’est son gabarit hors normes qui m’a le plus surpris ! Quels engins à l’époque !

Le prochain thème qui m’intéresse, il faut que je fasse le nécessaire pour ne pas le louper !

2019 – Youngtimers

33 ans cette année, alors forcément les modèles sportifs des 80’s et 90’s m’ont profondément marqué. Du coup, cette expo tombe à pic ! D’autant que l’affiche était prometteuse. Les « Youngtimers » occupent une bonne partie de l’espace principal : je serais très curieux d’assister au réaménagement à chaque début d’exposition, ce doit être quelque chose à organiser ! 🙃

C’est la « Ferrari japonaise » soit la Honda NSX qui nous accueille !
Et mon Coupé Z3M adoré en tête de ce bel alignement !

Une fois n’est pas coutume, la présentation des modèles sera – quasi – exhaustive … avec un coup de projecteur sur ceux qui me parlent le plus. On commence avec les deux Honda qui trônent au centre de la salle.

Ah une Honda NSX rouge, la couleur la plus emblématique ! Merveille de technologie à sa sortie en 1990, ce qui m’étonne le plus aujourd’hui ce sont ces proportions. Elle parait fine (-15cm vs la NSX actuelle 😮), frêle et longue. Tout le contraire de sa concurrente de l’époque, la Ferrari 348, qui jouait la provoc’ avec ses airs de Testarossa.

Les jantes de 16 pouces font sourire aujourd’hui. Pensez donc, le Scenic chausse du 20 pouces !

Juste en dessous dans la gamme, on retrouve la Honda Prélude. Les japonais ont été un peu précurseurs sur le segment des coupés 4 places à la fin des années 80. Pour ma part, j’ai un gros faible pour la version 4G (91-97) qui succède à la 3G ici présentée (88-91).

Le bleu de la Murena fait écho à celui de la Prelude, tandis que le filtre polarisant sublime la peinture de ce bel exemplaire.

Autre star, la BMW M3 E30. Exception faite de la Supercar M1, il s’agit de la mère de toutes les ///M qui suivront. En grand amateur des sportives Mortorsport, je me suis recueilli devant cette belle Evolution II de ’88. 😇 Quelle agressivité !

Si je n’avais pas craqué pour un Opel Speedster, je roulerais aujourd’hui en BMW Z3 Coupé. Alors en version ///M et bleu Estoril, n’en jetez plus, c’est mon coup de cœur du jour ! D’ailleurs, si un jour le garage devait s’agrandir … ❤ Dommage que l’on ne puisse pas admirer son arrière très laaaarge !

Euh, je peux repartir avec ?!

Quelques motos sont aussi présentes : et là encore, ils ont visé juste avec cette superbe Kawa 750 Stinger. La première supersportive de la marque. Les doubles optiques rondes, symbole d’une époque !

Côté look, pas de doute, on est bien dans les années 80 ! Ça vaut surtout pour le mannequin !

Et pouf, le soufflet retombe ! Golf III VR6 … Pour l’œil non averti, elle ressemble à une Golf Bon Jovi ! Sauf que … le V6 en ligne – conception très spécifique – de 174ch a du coffre, et de la voix. Mon premier souvenir de forte accélération en passager, c’était avec elle en ’97. Sauf qu’elle était noire, feux arrières fumés. Une voiture de Bad Boy 🤣

Ici en version Syncro, 4 roues motrices non permanentes

Après le Japon et l’Allemagne, il fallait bien une représentante italienne. C’est l’Afla Romeo GTV qui s’y colle. A choisir, je crois que j’aurai choisi un Fiat Coupé, pour le côté décalé. Mais l’Alfa est certainement plus « classe ». Même si j’ai du mal avec cet arrière tronqué, la mélodie du fameux V6 3.2l Arèse – monté en fin de carrière – me l’aurait fait oublier.

La motorisation est ici un surprenant V6 Turbo de 2.0l

Changement radical d’ambiance avec la Ford Sierra RS Cosworth. Le motoriste anglais, bien connu des amateurs de Formule 1, déride la gentille berline. Une association qui sera reprise sur l’Escort pour un résultat tout aussi savoureux.

Une Sierra à la sauce Cosworth ? Miam !

Rallye encore, blanche encore, mais avec un palmarès bien moins fourni. L’histoire de la Citroën BX 4TC est une des plus tristes du sport auto français. Construite à 200 exemplaires par Heuliez pour homologuer la version course, ce fut un véritable bide commercial. Les invendus furent détruits par Citroën, qui allait même jusqu’à racheter des exemplaires client pour ne pas avoir à en assurer l’entretien … La version course en mal de développement ne participera qu’à quelques manches de la saison 1986 avant la fin du GrB, avec une sixième place à l’Acropole comme meilleur résultat.

Le moteur en porte à faux avant ? Non non, ça ne se voit pas du tout !

Moto encore avec une Yamaha 350 RDLC. Un 2 temps qui parle aux connaisseurs. De mon côté, c’est en plus un souvenir d’enfance !

La déco Gauloises est aujourd’hui politiquement incorrecte !

Avec la Porsche 924, le moteur migre à l’avant. Boudée par les Porschistes n’ayant d’yeux que pour la reine 911, elle a été remise en lumière par la bulle spéculative sur les sportives de 2015. Les 911 devenant hors de prix, la 924 était une opportunité raisonnable pour accéder au mythe de Stuttgart.

Oui, j’ai oublié de la photographier 😲 … mais on la voit tout de même sur la photo suivante! 😓

Enfin, côté Mercedes, j’aurai bien vu une 190E 2.5l Evo 2 et son aileron démesuré. Mais une 280 SL c’est bien aussi, notamment dans cette teinte pastel.

Son regard m’a toujours fait penser à un gros chat !

La Porsche 911 Targa est bien mise en valeur par un décor soigné, plein d’accessoires d’époque !

Elle a de bien grosses lèvres la grenouille avec le grand angle !

Un petit tour à la plage ? La Jaguar XJS ne me semble pas la monture la plus adaptée !

A ses côtés, la Méga Club semble plus appropriée !

Bon, et les françaises dans tout ça ? Nous y venons avec 3 représentantes aux saveurs sportives bien distinctes. Le Sport chic c’est en Peugeot 406 Mi16.

D’autant plus élégante dans cette robe bleue. Mais j’ai un faible pour sa concurrente la R21 Turbo !

Pour le Sport pur et dur, c’est la Peugeot 205 Rallye qu’il vous faut. Son petit 1.3l très énervé de 103ch et l’allègement qu’elle a subi en font une monture idéale pour les apprentis pilotes. Sensations garanties !

Côté couleur, c’est simple : blanc ou blanc !

Et enfin le sport sous stéroïdes avec la mythique Renault 5 Turbo ! ❤ Là encore, le gabarit surprend : elle est toute petite. Même son train arrière exagérément élargi n’est plus si impressionnant avec les standards actuels. Mais qu’importe, son aura et les souvenirs l’emportent à chaque rencontre.

C’est de face que la R5 d’origine est la plus reconnaissable. Mais elle est boursouflée de partout !

Pour clore cette visite, je m’attacherai à illustrer ce conseil d’Anne-Laure Jacquart dans son livre Composez, Réglez, Déclenchez (lien vers un aperçu ici) : « Ne montrez pas ce qu’est le sujet, révélez ce qui le caractérise ». Revue de détails donc :

Finalement, cette exposition à elle seule méritait le déplacement. Quand on pense à toutes les autres pépites présentes dans ce musée, j’espère que vous penserez à vous renseigner si vous deviez passer dans les environs ! L’expo en cours concerne « Les ’70s et la BD : l’esprit Joe Bar Team » avec de nombreuses motos et toujours des mises en scène sympa.

« Ça passait c’était beau ! « 

@ bientôt pour de nouvelles Aventures Automobiles !

Sources : Musée Matra, filhip.canalblog.com

Si ce reportage vous a plu, vous pouvez vous inscrire à la newsletter ici.

2 Comments

  1. Blacksrookie
    11 janvier 2020
    Reply

    Je ne sais pas pourquoi, cette époque me parle !! Je ne vois pas pourquoi tu préfères la R21 T à la MI16 ! 😉

    • Sylvain
      12 janvier 2020
      Reply

      Pourquoi la R21 Turbo ? Parce qu’elle en jette visuellement ! Comme j’ai toujours préféré la GT Turbo à la 205 GTI ! 🙃

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *