Forza Italia #4 : DriftStars, c’est show!

Une semaine après la F1, l’équipe japonaise Team Orange est l’invitée de cette exhibition de Drift à Monza. L’esprit de Fast & Furious : Tokyo Drift envahi le temple de la vitesse !

J’ai découvert l’événement par hasard en lisant le journal par dessus l’épaule de mon voisin de métro : Merci les transports en commun ! Plutôt enthousiaste et surtout très curieux, je ne sais pas trop à quoi m’attendre. Dès l’arrivée dans le paddock, le Japon est à l’honneur ! Ambiance Gran Turismo !

Cette Toyota Supra Mk4 très agressive m’a éblouie !
La Mazda RX-7 est beaucoup plus sobre !
Nissan Skyline R33 GTR : très rare en Europe !

Ces autos étaient simplement exposées par des spectateurs/partenaires. Côté concurrents, les spécialistes européens ont des montures plus classiques :

L’équilibre BMW est plébiscité, que ce soit la M3 E46
ou la plus ancienne/abordable E36
Ford Mustang V8 – Notez les voies élargies à l’avant !
Le champion européen Paul ‘DriftKing’ Vlasblom
avec une E36 Touring ! Kit carrosserie de E36 GTR, moteur de E30 Evo et 380 ch !
Les Nissan Silvia sont également très appréciées : équilibre, légèreté et potentiel de préparation.
Mamma Mia … Pauvre Delta. Elle ne prendra pas la piste, c’est déjà ça !
A l’intérieur, passez votre chemin, il n’y a plus rien à voir !

Donc si je comprends bien, une voiture de Drift c’est :

  • Propulsion et moteur avant pour l’équilibre.
  • Prépa moteur et allégement pour la performance.
  • Voies larges et pneus qui grippent à l’avant pour la trajectoire.
  • Pneus en bois qui font beaucoup de fumée à l’arrière pour la glisse.
  • Angle de braquage augmenté pour les dérives extrêmes.

Coup d’œil furtif dans le box où les stars se préparent.

Subaru Power chez la Team Orange !

Dernier coup d’œil à la Supra avant de passer aux choses sérieuses.

Direction l’enchaînement d’Ascari pour le début du show. En préambule, un point sur le règlement et le déroulement d’une épreuve de Drift:

  • Un Run est noté par des juges suivant la vitesse, la trajectoire, l’angle de dérive et le style.
  • Qualifications : 2 passages pour chacun des 16 pilotes afin de réaliser la meilleure performance et établir le classement.
  • Battle : Run simultané de 2 pilotes (le 1er des qualifications contre le 16ème, etc…). Le Leader doit réaliser le plus beau passage, le Suiveur doit rester dans ses traces. Ordre inversé pour la seconde manche réalisée dans la foulée. Le but n’est donc pas de dépasser !
  • Les juges notent chaque Battle en répartissant 10 points entre les 2 pilotes (6-4 ou 7-3 etc…) et le gagnant est celui qui a le plus de points à l’issue des 2 rounds.
  • En cas d’égalité, une manche supplémentaire est disputée pour déterminer le gagnant. On appelle ça le « One More Time » !
  • Je vous épargne le calcul mais des 1/8ème jusqu’à la finale nous auront le droit à minimum 30 Battle ! Sans compter les passages Bonus du Team Orange !

Vous avez mal à la tête ? Vous n’avez rien compris ? Ce n’est pas grave car l’important c’est le spectacle !

Mon brave Canon Powershot a rapidement montré ses limites à retranscrire le mouvement des autos. Mais il a un mode vidéo !! Alors prenez 2 minutes pour regarder ce petit résumé de l’après-midi. Vous aurez le son des moteurs, les hurlements du speaker et la fumée mais il manquera la douce odeur de gomme brûlée !!

Comme à Adria, le commentateur italien est très enthousiaste et contribue largement à rendre le show plus vivant. Il y a eu de nombreux « One More Time » histoire de chauffer le public et le rythme des runs est très soutenu. Vraiment une après-midi très sympa avec une session simultanée des 5 autos du Team Orange en guise de bouquet final : un vrai ballet ! C’est l’heure de quitter le circuit via un dernier détour par le paddock.

Duo de monstres Japonais : Supra / Skyline R34 GTR ! Je suis aux anges !

Je ne traverserai pas le pays pour cela, mais si l’occasion se présente de voir de nouveau un événement de Drift, je m’y rendrai avec plaisir !

@ bientôt pour de nouvelles Aventures Automobiles !

Mon souvenir en 2019 :

Depuis que je me suis essayé à la glisse sur le circuit humide de Michelin, je perçois d’autant mieux la maîtrise et l’entraînement des pilotes de cette discipline. Ils ont beau avoir des autos conçues et réglées spécialement pour cet exercice, c’est tout de même très technique ! Par contre, la médiatisation est encore limitée en France. Sachez qu’il existe un championnat dont voici le calendrier. Une manche près de chez-vous? Spectacle garanti !

www.drift-cfd.com

Si ce reportage vous a plu, vous pouvez vous inscrire à la newsletter ici.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *