Forza Italia #2 : Maranello!

L’auditorium Enzo Ferrari de Maranello diffuse gratuitement tous les Grand Prix de F1. Ça tombe bien, c’est jour de course aujourd’hui ! Avanti !

J’ai emménagé à Milan depuis le début du mois d’Aout. Chambre de 9m² miteuse dans une résidence étudiante Erasmus … Du coup, toutes les occasions sont bonnes pour quitter cet endroit ! Après 2h d’autoroute, pas de doute, je suis arrivé !

Le Cavallino Rampante est partout !
Même les ronds-points sont Ferrari !
La mythique entrée de l’usine ! Désolé pour la photo minable …
Le mur d’enceinte de l’usine : Pincez moi, je suis à Maranello !!

Première mission, trouver l’auditorium ! J’ai beau demander aux passants, personne n’est au courant que le Grand Prix est diffusé chaque Week-en de course … incroyable ! C’est finalement l’office du tourisme qui m’ indiquera le fameux bâtiment. Ouf …

Credit photo : Ville de Maranello

Ambiance de folie me direz-vous ? Pas vraiment. Cette saison 2009 étant vraiment catastrophique – Brawn GP et RedBull sont hors de portée – l’auditorium ressemble furieusement à la salle de projection d’une maison de retraite. Le GP n’est pas transcendant mais Kimi parvient à contenir Fisichella et sa surprenante Force India pendant toute la course pour remporter la victoire ! Invraisemblable ! Comme le veut la tradition, les cloches de l’église sonnent en signe de triomphe de la Scuderia. A ce moment là, je me suis dit que cette journée allait être particulière ! 

Ferrari est une vraie religion en Italie !

Je passe devant la Galleria Ferrari dont la visite est prévue dans quelques semaines avec des amis donc je ne m’attarde pas. Visite dans les magasins de miniatures – aux prix peu engageants, mais très bien agencés – ouverts même le dimanche. Soudain, « Broaaaappppp, Broaaaappppp » , une mélodie surnaturelle attire mon attention. Je me précipite et, caché derrière une haie bien fournie, un loueur de voitures de prestige vient de démarrer une Gallardo. Immédiatement les commerçants s’approchent et m’encouragent à prendre toutes les photos que je veux de leurs bolides.

La Lamborghini Gallardo arbore fièrement son taureau en terres ennemies !
Ferrari 360 Modena !
Notez les échappements hauts. Quel barouf !

On échange sur le potentiel retour de Schumi, la victoire de Raïkkönen puis l’un des deux s’en va. Lorsqu’il revient quelques minutes plus tard, il tend les clés de la Modena à son collègue et lui dit d’aller me faire faire un tour dans Maranello. Me voilà à bord du bolide, ma première expérience en Ferrari. Au premier coup d’accélérateur, à environ 3000tr/min, le bruit est assourdissant. Il m’avoue alors que l’échappement est quelque peu libéré. J’avais cru comprendre !

On revient après 5 petites minutes, on n’a pas dépassé les 60 km/h ni les 4000 tr/min mais l’émotion est déjà intense ! En sortant de l’auto, certainement avec un sourire béat, je demande le prix pour une balade plus longue en passager.

  • Pourquoi tu ne conduis pas? Tu as le permis non? Alors, tu payes, tu conduis, tu verras c’est hyper facile !

S’il le dit. J’appréhende quelque peu. Non en fait le flippe carrément ! Imaginez-vous passer d’une Super 5 de 45ch à une Modena près de 10 fois plus puissante … M’enfin, Raïkkönen vient de gagner, je suis à Maranello, c’est LE moment de conduire une Ferrari!

Après remplissage de quelques formalités il me propose un tour de 10 minutes en ville ou 20 minutes avec passage sur la Super Strada … allons y gaiement et prenons la formule maxi ! Quelques explications sur la boite F1 avec palettes au volant et Avanti !

J’en mène pas large même si j’essaie de faire bonne figure !

Départ tout en douceur pour sortir de la ville.

  • C’est trop bien cette boite, on se croirait dans Gran Turismo !
  • Oui oui, mais là c’est pas un jeu vidéo alors reste prudent !

Quelques kilomètres de nationale pour passer la 3 et apprivoiser la bête :

  • C’est limité à combien là?
  • Heu … disons 90 ! 

puis la SuperStrada !

  • Vai ! Sei libero !

Libre, libre, c’est vite dis. Faudrait peut être qu’il pousse sa Panda de la voie de gauche cet id*** ! Je repasse la 2 pour profiter de l’accélération, pied au plancher et là … l’extase ! Le bruit du moteur, du vent vitre ouverte, la vitesse sur cette belle route dégagée !! Chaque bout droit est l’occasion d’envier un peu plus ceux qui peuvent se permettre cela au quotidien. Bien sûr pas question de faire le fou en virage, mais clairement ce sont des sensations uniques, qui plus est sur route ouverte puisque cela ramène un peu de « réalité » dans ce que je vis comme une rêve de gosse.

  • Freni, Freni !!
  • Oui ?? !!
  • Non c’est bon, il y a souvent la police par ici ! 
  • J’adore la conduite en Italie !

Les 25 minutes passent très vite, mais aucune sensation de frustration, juste la plénitude d’avoir vécu un moment unique !

Alors, heureux ? Fantastico !
Grazie ragazzi !

Une petite photo des deux vendeurs et retour à la réalité de ma petite française … seule la direction non assistée peut éventuellement me rappeler la Modena. Quoique non !

Autre lieu mythique, en plein centre ville !

Outre l’expérience personnelle fabuleuse, je tenais à vous faire partager cette aventure à plusieurs titres :

  • Aucun de mes collègues milanais n’a jamais été à Maranello et tous ont été surpris de savoir que l’on pouvait y conduire des Ferrari.
  • Cela complète parfaitement la visite du musée statique.
  • C’est un souvenir inoubliable.
  • Pour environ 100€ les 20 minutes, c’est le prix d’une belle miniature 1/18. A comparer au prix sur circuit, j’ai trouvé que c’était une très très bonne première approche. Puis le cadre est assez exceptionnel !

S’il vous reste quelques euros lors d’un périple dans la Terra dei Motori, je vous assure que le grondement du V8 à près de 8000 tours me résonne encore dans les oreilles. Enfin pour les « autres », je veux dire ceux qui préfèrent Porsche, il y avait une GT3 sur le parking ! Alors convaincus ?

En tout cas de mon côté je suis remonté à bloc pour le Grand Prix d’Italie à Monza dans 2 semaines. Un autre rêve va se réaliser !

@ bientôt pour de nouvelles Aventures Automobiles !

Mon souvenir en 2019 :

A jamais cela restera mon premier souvenir au volant d’une sportive ! Dans une moindre mesure, les « chanceux » que je décrivais dans mon récit de l’époque, c’est moi aujourd’hui au volant de mon Speedster. Un rêve devenu réalité en somme !7

Si ce reportage vous a plu, vous pouvez vous inscrire à la newsletter ici.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *